Connaissez-vous la "bio-formation" ?

S'agit-il d'un nouveau concept promoteur de compétences naturelles, où les formateurs élevés en plein air vous aideraient à développer votre employabilité durable ? Au secours ! Non, la "bio - formation" est un barbarisme qui a pour vocation de dénoncer la "discount formation", la "formation en série" ou encore la "packaging formation".

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs candidats à la formation ou responsables de formation, n'avez-vous pas la tête qui tourne lorsque, en quête d'une prestation susceptible de répondre à un besoin de formation, un océan de pages Internet s'ouvre à vous et vous inonde d'images artificielles aseptisées ? Les hommes et les femmes y sont tous jeunes, beaux, bien habillés, souriants, dynamiques. La chaleur des poignées de main y compense la froideur et la rigidité des tours de verre sur fond de ciel bleu qui symbolisent l'entreprise moderne. Les verbes d'action y musclent les objectifs de formation et le découpage minutieux des programmes y rappelle le processus qui sous-tend désormais toute activité humaine. Les promesses de résultat y sont démesurées en comparaison des thématiques abordées et du temps généralement imparti. On peut sans complexe y faire son marché de notions et de concepts en vogue qui pourtant, lorsqu'il s'agit de domaines tels que la communication, les relations de travail, le management, le développement personnel, etc., relèvent de théories, d'œuvres et de courants précis à manipuler avec précaution ! N'oublions pas que nous entrons là de plain-pied dans des disciplines telles que la psychologie et la sociologie par exemple. En formation, les personnes se livrent et s'exposent dans leur dimension intime sans cesse en filigrane. Comment ne pas frémir à la vue d'une sorte de recette magique ou de cuisine dont les ingrédients prescrits (un peu de cela, un peu de ceci, parfois sans ordre ni lien) garantissent aux participants une meilleure performance de travail et des relations positives avec leurs collaborateurs ?  Et tout cela généralement pour un tarif exorbitant ? Un formateur compétent ne manquera pas de contextualiser la formation, c'est-à-dire d'adapter le contenu initial à la situation et à la problématique des participants, afin de répondre au plus juste à leur besoin. Mais le pourra-t-il face à douze personnes en interentreprises réunies pour deux jours en attente de nombreux éléments théoriques et de mises en application ? Non. Il fera le choix du cours magistral au pas de course d'une part, de mises en situation factices d'autre part. Les apprenants repartiront alors avec un bagage de connaissances éparses difficilement ajustables aux réalités de l'entreprise, avec divers trucs et astuces rigolos à mettre en pratique une fois ou deux, avec surtout l'impression d'avoir passé la récréation... Mais que restera-t-il de la formation à long terme ?   

La "bio - formation", c'est avant tout de la formation à taille humaine. S'il existe d'énormes systèmes à fabriquer de la matière grise, peut-on sérieusement envisager une machine à fabriquer de la relation autour d'un apprentissage ? C'est ensuite celle où celui qui propose et monte des actions de formation est encore ou a été pédagogue de métier. Au cœur du métier, il sait de quoi il parle. C'est celle où la démarche commerciale s'effectue pas à pas, barrage après barrage, en qualité et non en quantité. Si pour dix clients de perdus, un seul saisit la perche, il ne faut pas le bousculer. Et si c'est lui qui vous bouscule, lui prouver qu'il gagnera du temps à la fin - peut-être même de l'argent - s'il accepte d'en perdre un peu au début. C'est celle où l'on prend le temps de rencontrer un représentant de l'entreprise afin d'en identifier l'environnement, les acteurs, les caractéristiques, la problématique. Où l'on se renseigne sur les futurs participants : leur motivation, leur fonction, leur statut, leur niveau de qualification, etc. Où l'on établit un véritable échange au moment de l'animation : l'apprenant apporte autant au formateur que l'inverse. Où l'on ne craint pas de poser de vraies questions, parfois sans réponse. Où le formateur n'est pas un simple répétiteur du Power Point projeté à l'écran. Où il est capable, de par ses connaissances et ses compétences, de privilégier et développer un aspect particulièrement intéressant pour l'auditoire, d'improviser, de rebondir, etc. Où il prend la peine de rédiger un bilan de formation au-delà de la simple attestation de présence.  

La "bio-formation", c'est donc fait de vraies rencontres, de vraies démarches, de vrais problèmes, de vraies questions... et parfois de vraies réponses.

C. C. T.

Écrire commentaire

Commentaires: 0